Robert Visan, le recruteur de talents qui l'a emmené en Italie, raconte les premières années de la carrière du milieu de terrain Rome:

 

« Il n'avait rien, pendant un an nous l'avons gardé économiquement, deux grandes entreprises ne pensaient pas qu'il avait raison, pour des raisons qui me font maintenant rire »

 

ROME - Il ne vole pas l'œil, mais au milieu de terrain, il est toujours présent. C'est essentiel. Amadou Diawara est arrivé à Rome dans l'opération qui a conduit Manolas à Naples, vingt et un millions d'euros pour un joueur qui, la saison dernière, le premier d'Ancelotti en bleu, n'avait marqué que treize matches de championnat (huit en entrée), quatre en Ligue Europa (trois à partir du banc) et deux en Coupe d'Italie. Merci au changement de jeu d'Ancelotti, mais surtout à la blessure au pied droit qui l'a stoppé pendant soixante-douze jours. Le scepticisme pour l'opération réalisée par Petrachi il a disparu avec la performance du Guinéen qui a répondu toujours présent tant en championnat qu'en Ligue Europa. Chiffres en main, Diawara est devenu le pivot du jeu Giallorossi.

 

 

Inter-Roma 0-0: super Mirante, Compte a +2 sur la Juve

 

Brescia et l’Inter font de leur mieux : contre les Nerazzurri hier, ils avaient 100% de précision dans les passes longues, 86% de précision dans toutes les passes, six balles interceptées et cinq récupérées

 

« Je ne suis pas surpris, Amadou est un Africain avec des pieds de brésiliens » Parole de Robert Visan, recruteur de talents et agent qui l'a découvert en Guinée en 2013 et l'a emmené en Italie.

 

L'atterrissage en Italie a été compliqué, Diawara était encore mineur et les règles strictes de la Fédération sur les citoyens non européens l'ont arrêté pendant un an.

 

« Quand le football de Saint-Marin l'a emmené, il s'est entraîné, mais au départ il ne pouvait pas jouer » raconte Visan sur corrieredellosport.it

 

Ce fut une année de sacrifices, tous les deux pour le garçon, mais pas seulement, moi et le président du club l'avons soutenu financièrement parce que nous croyions fermement en lui. Nous lui avons même acheté des biscuits pour le petit déjeuner

 

 

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris