Après avoir été accusé d’être à la base du KO qui a eu lieu sur l’esplanade du palais du peuple le weekend dernier à l’occasion du concert de la star Tanzanienne ‘’Diamond Platnumz’’ invité par la maison ‘’Pap Soul Prod’’,  le patron de la structure ‘’Bénédi-Record’’ a tenu à clarifier les choses pour selon lui,  « situer la responsabilité de chacun ».

 

 

Revenant sur les détails de cette pagaille qui à emmaillée toute la soirée à l’esplanade, et qui a été à la base de la rupture du concert à 21h30 TU, le Papa de Balla Moussa explique à la presse :

 

« Il n’y a jamais eu de problème de sonorisation, l’artiste même s’était rendu sur les lieux à 15h et a confirmé que tout était normal, et le podium et la sonorisation. Il (Fadjidih) veut se servir de nous comme bouc émissaire. Ils ont été incapables de gérer la situation et comme ça dégénéré il jette la responsabilité sur moi, dénonçant un défaut de la chaîne musicale. »

 

« J’ai des preuves. Nous avons constaté beaucoup de défaillance et le public n’était pas content. Le seul problème qui a occasionné tout cela c’est l’organisation. C’est sont ceux qui ont vendu les tickets entre 40 et 45.000 GNF et ont refusés que les jeunes accèdent à l’intérieur. L’autoroute était bondée de personnes vexées et ils ont commencé à jeter les cailloux sur le podium et sur le public à l’intérieur. Une partie de mon matériel a été endommagé et j’exige réparation sinon je porterai une plainte. »

 

« Davido, Edikenzo, Booba, se sont tous produit avec mon matériels, cette même sonorisation que je viens juste de renouveler, mais ça n’a pas été comme ça. C’est qu’il dit c’est de l’amateurisme et un manque d’expérience.  Donc c’est sont eux qui ont empêché le gars de joué. Le Podium était rempli de monde et lui (Fadjidih) il était où ? Après son spectacle il a disparu personne ne l’a revu. Donc il faut qu’il assume sa responsabilité. Et qu’il vient arranger les choses ». A prévenu Mohamed Oularé

 

 

En ce qui concerne la sécurité, Béni a déploré le manque d’agent (soit 20 pick-up de 8 soldats pour plus de 100.000 personnes avant que le ‘’Commandant Yari’’ de L’Oprozem ne renchérisse : « Le problème a commencé à l’hôtel où des hauts cadres se sont permis de s’arrêter sur les chaises pour regarder. Et à partir de là j’ai commencé à alerté sur ce qui va arriver à l’esplanade. Comme on ne m’a pas écouté, j’ai déclinée toute responsabilité. On a été effrayé par la foule, dès 19h ça tourné au vinaigre et les barrières ont commencés à tomber car la sécurité était petite devant le public. Ce n’est pas normal. » S’est-elle indigné

 

 

Une autre affaire qui va certainement laisser une trace indélébile dans le monde su show-biz guinéen.

 

Affaire à suivre…

 

Pellel Bah

 

 

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris